En lecture

Brecht Evens  : Les Rigoles


C’est étonnant
comme les critiques de ce livres
parlent toutes
de la nuit
de la fête

Ce qui m’a marqué
c’est la description précise
de ce que je ressens

Des couleurs
du monde
beaucoup de monde
du bruit

Mais la solitude
toujours

Une dépression pastel
où la vie n’est qu’un décor
vain
qu’un discours
que personne n’écoute vraiment

finalement la fin se perd
dans une page blanche
qui aurait pu être noire

merci Pierre-Luc


____________________________________________________________________






Constance Debré  : Manuel pratique de l'idéal (Abécédaire de survie)



Il y a 13 ans
elle était déjà bien en colère

elle était déjà cynique
drôle
entière
directe
peut-être même sincère
...

même quand je ne suis pas d'accord avec elle
c'est toujours un plaisir jubilatoire
de la lire

____________________________________________________________________





Emil Ferris  : Moi, ce que j'aime, c'est les monstres


Ce qui frappe d'abord
c'est le graphisme
une accumulation de traits si fins
pour des dessins
des pages
des idées
des personnages
un livre premier
si dense
ce livre est un monstre

____________________________________________________________________





RICHARD HOSKINS  : L'enfant dans la Tamise



Vraiment pas un roman
peut-être même pas de la littérature
mais un témoignage fort
sur une enquête difficile
qui cherche à démontrer avec pudeur
que la violence extrème
ne peut-être justifiée
par des croyances religieuses
ou culturelles.
C'est aussi l'histoire pleine de drames
d'un drôle de bonhomme
qui semble regarder sa vie
sans compromission 

____________________________________________________________________



ZEP  : The end




Je ne sais plus comment ce livre m'est arrivé
surement un cadeau
qui a rejoint la pile en attente
que le temps et l'envie de lire me revienne

et nous y voilà

étrange période pour lire cette BD

pas grand chose à lui reprocher
propre sur elle
bonnes intentions
message clair
particulièrement dans l'air du temps
(même si elle a déjà 2 ans)
encensée de toute part
mais
idée rabachée
sans originalité
et avec
en prime
une petite déculpabilisation des laboratoires pharmaceutiques

et puis soyons directs
en cette période inédite
j'en ai un peu assez
de "la nature reprend ses droits"
alors de lire que la nature
auraient des intentions...

C'est oublier que la nature
nous en faisons partie
et c'est minimiser notre responsabilité
sur son état actuel

La nature s'adaptera toujours
pas l'humain
mais ça n'a rien d'une vengeance
ni d'une intention
sans quoi il n'y aurait plus d'humain
depuis longtemps.


____________________________________________________________________



NICOLAS MATHIEU  : Leurs enfants après eux



C'était pourtant un gentil cadeau
venu d'un bel enthousiasme
d'un Goncourt unanime
  
et Nicolas Mathieu m'est fort sympathique
le physique de l’intello qui emballe
je voudrais que ce soit mon ami

mais...
Le Monde
avait titré
"c'est le livre Macronien par excellence,
il faut le lire!
ça aurait dû m'inquiéter

je me suis profondément ennuyé
à lire ce monde que je connais déjà
et par cœur
ou par manque de cœur

c'est pourtant facile à lire
agréable même
mais quand le livre se termine enfin
j'attends encore qu'il commence

merci quand même
pour le gentil cadeau



____________________________________________________________________


ANNIE ERNAUX  : Mémoire de fille




Pour la première fois
un livre d'Annie Ernaux
me laisse un peu à côté

parce que je ne suis pas une fille
parce que ses préoccupations n'ont jamais été les miennes

et pourtant
les toutes dernières pages
me replongent avec... quoi d'ailleur
dans ce qu’elle croit de sa vie
qui est si proche de moi
qui suis pourtant si différent.

____________________________________________________________________


GINETTE KOLINKA AVEC MARION RUGGIERI  : Retour à Birkenau



Pourquoi
lire et relire
ces témoignages
pétrifiants
Parce que c'est arrivé
Parce que l'enfer
reste à porté de mépris
Merci Madame
de mettre simplement
votre histoire
entre nos mains
Merci à l'auteur
de laisser toute la place
à la vie
de l'horreur

____________________________________________________________________



GARY YOUNGE  : Une journée dans la mort de l'Amérique


Aux Etats-Unis
7 personnes mineurs meurent
chaque jour
par armes à feu

le 23 novembre 2013
il y en a eu 10

10 morts
et combien et vie gâchées

10 morts
entre 9 et 18 ans
sans violence particulière
sans haine excessive
sans tuerie exceptionnelle

juste une banalité
sans pitié

si seulement cette banalité
était désarmante

combien serait en vie
sans ce supposé droit constitutionnel
à être armé.

____________________________________________________________________



JOËL BASTARD  : Halva, Loukoum & Camenbert


Quand Joël Bastard
quitte ses campagnes
ses chemins et ses arbres

quand il retrouve les citées,
celles où il a partagé ses porte-clés

les mêmes
mais différentes

quand il s'interroge
sur son rôle
d'alibi culturel
et se craint
espion
au camouflage trop visible

quand ses incertitudes
ne sont que le reflet
de ses convictions

quand il tend
sa poésie
comme un miroir amer
et qu'il la met
à ma portée

un très très beau livre
merci Joël


____________________________________________________________________




JACQUES TARDI : Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag IIB - Après la guerre




quand on me l'a offert pour Noël
je n'étais pas sûr
d'être content

l'impression d'avoir déjà fait
le tour de Tardi

après quelques pages
l'envie d'aller acheter
les deux premiers tomes

oui
ce cadeau de Noël
a commencé par la fin

____________________________________________________________________



LEWIS TRONDHEIM : Les petits riens - Tout est à sa place dans ce chaos exponentiel



tout est dans le titre
bringuebalé entre l'aventure du quotidien
et les grandes questions sans importances
qui provoquent des tremblements de tête

____________________________________________________________________



DONALD RAY POLLOCK : Le diable tout le temps



c'est toujours risqué
un conseil de lecture

qu'on le donne
ou qu'on nous l'offre

le conseil crée une attente
qui finalement
me sort du livre

parce que j'y cherche
ce que l'on a voulu me montrer

un livre noir dans ce cas là
trop clair à mon goût

alors que j'aurais pu
me satisfaire d'une écriture
parfaitement américaine.

dois-je continuer à conseiller?
non, à partager!

____________________________________________________________________


FABCARO : Zaï zaï zaï zaï




croisé sur un coin
de table de vacances
avant d'avoir le temps
de me l'offrir

lu sur un vieux
canapé de vacances
avant d'avoir le temps
de m'endormir

à lire sur un conseil
de lecture de vacances
avant d'avoir le temps
de passer à côté

on peut retrouver
chaque semaine
une page de
Fabcaro
dans les Inrocks

____________________________________________________________________




CONSTANCE DEBRÉ : Play boy



Il y a tellement de chose
dans ce court
et si touffu roman

de l'envie
sans espoir

de l'amour
sans avenir

des questions
sans réponse

de la sexualité
sans tabou

du féminisme
sans idéalisme

de la famille
sans attache

malgré tout
elle arrive à me rendre amoureux
des femmes qu'elle aime
si vite

et d'elle aussi

entre écorchés

(PS: oui, les cheveux courts)

____________________________________________________________________

FABCARO : Moins qu'hier (plus que demain)





Un miroir
cynique et drôle

à en rire
(lorsque l'on reconnait les autres)
à en pleurer
(lorsque l'on se reconnait)

on peut retrouver
chaque semaine
une page de
Fabcaro
dans les Inrocks

____________________________________________________________________

CHRISTOPHE CHABOUTÉ : Tout seul





Un roman graphique
ou une BD
je ne sais pas
qu'importe

une histoire de taiseux
une histoire de solitaires
une histoires d'attentions
une histoires d'imaginations
une histoire d'envies
une histoire de choix
une histoire de décisions

____________________________________________________________________

FABRICE ARFI & KARLE LASKE  : Avec les compliments du Guide






Bien sûr
il ne s'agit pas de littérature
mais de travail journalistique d'investigation

Voilà pourtant un polar
un roman d'espionnage
qui fait froid dans le dos

Il faut se pincer
pour bien se rappeler
qu'il ne s'agit
que de réalité

les plus hauts personnages
de l'état français
ne sont que des crapules.

Effrayant

pour en savoir plus,

____________________________________________________________________

HENNING MANKELL  : Meurtriers sans visage





Je n'avais jamais rien lu
de cette star du polar

je n'avais jamais eu envie

puis on me l'a offert
alors je l'ai lu
y'a pas d'raison

maintenant je sais pourquoi je ne le relirai pas

J'en ai profiter pour re-regarder l'épisode éponyme
de la série avec Kenneth Branagh
qui, je le crois, sauve cette série.

____________________________________________________________________


SORJ CHALANDON  : Retour à Killybegs




Après
"Mon traître"
un besoin de boucher les trous
des explications possibles
pour sauver l'ami
disparu derrière le Traître

pour comprendre
peut-être
justifier expliquer
sans doute
retrouver l'ami aimé
derrière le traître
pardonner
pourquoi

et une très belle écriture
bravo Monsieur Chalandon

____________________________________________________________________




PHILIPPE SAND : Retour à lemberg




Pas un roman
surtout pas

pas toujours facile à lire
pas toujours passionnant

mais des questions fondamentales
des réponses effroyables
des détails glaçants

et des questions de droit international
crime de guerre ou génocide
qui semblent bien inutiles
au simple citoyen
face à l'horreur

______________________________________________________________________________________


NICK DRNASCO : Beverly



Un roman graphique
d'une noirceur
que j'ai rarement rencontrée

une vision de l'Amérique
encore une
bien loin de tout héroïsme

une tartine de dépression
qu'il faut avaler tous les jours.

Il n'y a pas que les punks
pour clamer
no futur

est-ce spécifique aux Etats-Unis



______________________________________________________________________________________

ELENA FERRANTE : Le nouveau nom - L'amie prodigieuse II



  
  
On ne sait toujours pas qui est Elena Ferrante

 Je ne savais pas vraiement
pourquoi j'avais aimé le premier tome

avec ce deuxième volume
je sais pourquoi
je me suis profondément
ennuyé

toujours les mêmes essuie-glace
ennuyeux cette fois
qui ne semblent servir
qu'à allonger la sauce

et même si la sauce est bonne
quand il n'y a que de la sauce
on reste sur sa faim

il faut dépasser les 500 pages
pour que le livre prenne enfin
un peu de goût

et qu'arrive la question
que je croyais close

vais-je lire le troisième tome



______________________________________________________________________________________


RICHARD FORD : Entre eux






Quand la vie des autres
simple
banale
et pourtant si différente de la mienne
met en évidence
des points
des manques
tellement communs
Un plaisir de lecture
qui ne se dément jamais
comme à écouter
un vieil ami
un soir
autour d'un café
arrosé de wisky

Raconter les autres
s'est dire ce qu'on ne sait pas
voilà peut-être
toute la différence
entre un journaliste
et un romancier



______________________________________________________________________________________



GUY DELISLE : Chroniques de Jérusalem





Difficile de comprendre
ce qui se passe à Jérusalem
en Cisjordanie
en Palestine
à Gazza
Caricature d'un monde impossible
où vivre ensemble
n'est même pas une utopie
comme un puzzle impossible
fait de pièces
qui ne vont pas ensemble

Guy Delisle
en faux naïf
et vrai curieux
me touche encore
et démontre
s'il le fallait
qu'il n'y a finalement
pas grand chose à comprendre


_____________________________________________________________


HENRY BROMELL : Little America





Un livre d'espionnage
encensé de toutes parts
du vécu
du témoignage
en plus
la recherche du père
un roman fait pour moi
sans aucun doute
des semaines à le lire
sans plaisir
sans surprise
et même
sans suspens

_____________________________________________________________

KRIS et ÉTIENNE DAVODEAU : Un homme est mort

Une lutte sociale
déjà
encore

des moments d'émotion
assez forts
lorsque je découvre

un dessin qui me fait penser
souvent
à Tardi

et finalement
une BD qui m'emporte beaucoup moins
que ce que j'aurai aimé

plaisir intellectuel
frustration émotionnelle


   



_____________________________________________________________

CECILE GUILBERT : Les Républicains

Étrange bric à brac
entre agaçant
et jubilatoire

entre témoignage
et peopolisation
entre dénonciation
et bluette
au bout du compte
pas sûr
de ne pas l'avoir aimé


   



_____________________________________________________________

PHILIP KERR : Vert-de-gris


Rien de neuf
dans le monde de Philip Kerr
et dans la vie
de son sombre héros
Bernie Gunther

avant
pendant
après
une guerre
personne n'est innocent

aucune nation en tous cas
   



_____________________________________________________________



JULIEN BLANC-GRAS : Gringoland

Julien Blanc-Gras
est drôle

Il est important de le savoir
parce que ces livres sont loin de l'être

Sa vision du monde est
fataliste
désabusée
dépressive

mais pleine d'attention
et drôle

Il ne se prend pas au sérieux
ce qui ne veut pas dire qu'il ne l'est pas

Il fait un peu "mine de rien" le Julien

mais entre deux sourires
ou même tiens
entre  deux rires
il te balance des idées
des réflexions

Par exemple
dans ce roman
qui est son premier livre
publié en 2005

Il nous explique
comment il est inéluctable
qu'arrive au pouvoir
Donald trump

Heureusement
Julien Blanc-Gras
est drôle

Et ça donne une raison
de continuer à sourire

   



_____________________________________________________________


DENNIS LEHANE : Mystic River






   
J'hésitais
parce que j'avais adoré le film
parce que je connaissais
l'intrigue
le dénouement
les personnages

les personnages justement
cette façon de les faire exister
comme s'ils faisaient partie de Boston
et du coup nous aussi
de tout comprendre de chacun

Aucune surprise donc
dans le roman
même pas celle
d'avoir aimé lire
encore une fois
Dennis Lehanne


_____________________________________________________________


JOSEPH ANDRAS : De nos frères blessés




   
Un premier roman
à l'écriture magistrale

un sujet qui me hante

des sujets qui me bouleversent

une histoire simple, trop simple
une histoire courte, trop courte

bravo Monsieur Andras
et merci
de m'avoir fait connaitre
François Iveton


_____________________________________________________________


JEAN-PHILIPPE BLONDEL : Le baby sitter






  
Je ne connais personne
qui sache parler des gens
comme il le fait

comment
des histoires de rien
deviennent
des histoires de tout


_____________________________________________________________


JONAS KARLSSON : La pièce




  
Etrange
absurde
drôle peut-être

Mais surtout au trois quarts du livre
une révélation
une évidence

un miroir
qui fait froid dans le dos

dans le mien
en tous cas


_____________________________________________________________


ELENA FERRANTE : L'amie prodigieuse




  
  
On ne sait pas qui est Elena Ferrante
c'est un pseudo
de même
je ne sais pas pourquoi
j'ai eu tellement de plaisir
à lire ce livre
qui m’intéresse si peu 

finalement
je ne sais pas trop ce qu'elle veut raconter
un livre essui-glace
qui souffle le chaud et le froid
mais n'arrive jamais à bout de la pluie

avec Elena Ferrante
on ne sait pas vraiment

ni même pourquoi
sans le moindre doute
je lirai la suite



_____________________________________________________________


KVETA LEGATOVA : La belle de Joza




      
  
Quelle écriture

impossible d'imaginer que c'est une vieille dame
qui écrit comme ça
impossible d'imaginer que c'est l'auteur qui imagine cette histoire
à aucun moment je ne peux comprendre
les motivations du personnage
ni partager
le point de vue de l'auteur
un plaisir de lecture
juste pour le plaisir du rythme des mots
c'est déjà pas mal


_____________________________________________________________




MARCELLO QUINTANILHA : Tungstène




   
  


Je n'ai rien aimé
de cette BD

comme un repas brésilien
où tout est dans l'assiette
et débrouille toi avec ça
même si ça ne fonctionne pas

au fil des pages
presque à contrecœur
tu te rends compte
que tu es en plein dedans
pris dans l'aventure

même s'il parait
que je n'ai rien aimé de cette BD


_____________________________________________________________


LEWIS TRONDHEIM & BRIGITTE FINDALKY : Coquelicots d'Irak



  
  


Lewis Trondheim sait être touchant
quelle que soit
l'histoire qu'il raconte

Il y a toujours une part d'Humanité
même s'il parle de lapins

c'est avec son épouse
ses souvenirs
qu'ils racontent une vie d'histoire
dans l'Histoire

toute une vie
pour en être là
dans l'incompréhension
et la tendresse
malgré tout

Bravo
_____________________________________________________________



MALCOM MACKAY : Il faut tuer Lewis Winter



Ça n'avance pas vraiment
ou pas suffisamment
malgré l’intérêt

étrangement trop de distance
puis lorsque ça s’emballe
c'est déjà fini

Trop tôt
ou trop tard

Du coup
envie de lire la suite
_____________________________________________________________


R.J. ELLORY : Un cœur sombre



Un polar très efficace
qui de rebondissements en surprises
fini comme il devait

puis je me renseigne un peu sur l'auteur
et je me demande
s'il ne s'agît pas simplement
d'un constat face à un miroir?
_____________________________________________________________


OLIVER SACKS : En mouvement




Honnêtement?
Je me suis un peu ennuyé
Mais le livre terminé
reste de la tendresse
pour cet enfant sage et fou
son travail sur le cerveau
son approche des malades
son besoin de raconter

Je reste toujours ébahi
qu'un tel prodige
s'interroge toute sa vie
alors que d'autres
fades
ont tellement de réponses
Mais si ce n'est déjà fait
allez plutôt vous perdre
avec 
l'homme qui prenait sa femme pour un chapeau
une balade passionnante
dans les méandres du cerveau
_____________________________________________________________



PATTI SMITH : M Train


Patti Smith Reveals Her Solitary Soul In The ’M Train’
Fresh Air book critic Maureen Corrigan reviews Patti Smith’s new novel, M Train:
“ “In Patti Smith’s new memoir, the M Train is a Magical Mystery line that only she rides, her snaking Mental... M train


Je me suis découvert
quelques points communs
avec elle
par exemple
le plaisir de suivre des séries
pas toutes
une différence fondamentale
je déteste
passer mon temps dans les cafés

Et à part ça...?


...Un livre
qui m'est resté étranger

l'exact opposé
de celui dont je parle
juste en dessous.
_____________________________________________________________

JOËL BASTARD  : Une cuisine en Bretagne




Ecrire sur rien
ou sur si peu
sur ce qui fait notre vie
celle des autres

sur la vie des autres
qui fait la notre

dans une terrible solitude
partagée

s'interroger toujours
pour ne jamais répondre

fouiller dans la blessure
pour n'y trouver qu'un sac trop plein
vide

ému de bout en bout
j'ai lu ce livre presque en apnée

et la fin
quelle fin

_____________________________________________________________



ROBERT CRAIS  : Coyotes

Afficher l'image d'origine

Plaisir facile
presque un peu coupable

savourer les retrouvailles réussies
avec les héros très américains
créés par Robert Crais



_____________________________________________________________



GEORGES HYVERNAUD  : La peau et les os

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

il y a quelques temps
je faisais l'éloge de
Georges Hyvernaud
c'est parce que je n'avais pas encore lu
La peau et les os

que dire maintenant
sans tomber dans le superlatif
béat

un livre incroyable
que j'aimerais dire
définitif

il n'y a rien à ajouter
vision de l'humain

la préface de
Raymond Guérin
qui essaya de faire connaître Hyvernaud
ne fait que confirmer
mon premier commentaire




_____________________________________________________________



FRANÇOIS BEGAUDEAU  : La politesse

 

c'est un duel de critiques
qui m'a donné envie de lire ce roman

c'est un duel de moi même
tout au long de la lecture
à m'interroger
je l'adore ou le déteste

mais au fond
c'était gagné d'avance
foin de politesse
le plaisir est là
et bien là




_____________________________________________________________


OLIVIER TRUC  : Le dernier Lapon

Afficher l'image d'origine

un polar auréolé de prix
une intrigue qui plait
le soleil qui se lève
tout va bien

puis plus il s'explique
et moins on a envie de savoir
à tel point
qu'à la fin
je crois que je ne sais pas

dommage






_____________________________________________________________


DAVID PRUDHOMME et PASCAL RABATE : Vive la marée

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

j'ai
ri d'y voir les autres
crains de m'y trouvé
décidé de m'en tenir
à des lieux solitaires
sans risque de faire rire les autres
à mes dépends

une BD parfaite



_____________________________________________________________

ROBERT LUDLUMLa mémoire dans la peau

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

comment ont-ils fait
pour transformer un polar aussi
ballot et vieillot
en un film aussi efficace

restons-en au film
non
aux films


_____________________________________________________________


JEAN-PHILIPPE BLONDEL : 1979

 Afficher l'image d'origine

J'ai eu du mal à lire ce roman
presque jusqu'à la fin

mais pourquoi
la dernière page tournée
ai-je eu une furieuse envie de le recommencer


_____________________________________________________________


SORJ CHALANDON Mon traitre 



Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine
Magistral
j'en sors bouleversé
...et curieux

____________________________________________________________________


Lucien Marboeuf  :  Vis ma vie d'instit


Je connais peut-être trop les instits maintenant
pour trouver de l'intérêt à ce livre

Et j'aime trop le blog de
Lucien Marboeuf
pour me prononcer sur le livre.

____________________________________________________________________

Mathieu Sapin Le Château




J'étais excité par l'idée
mais en refermant la BD
je reste sur ma faim

Qu'est ce que je cherchais?

____________________________________________________________________

Charlotte Delbo Une connaissance inutile 



Le deuxième tome de "Auschwitz et après"

La quatrième de couverture nous parle d'amour
J'ai plutôt lu l'absurde
dans ce qu'il a de plus cruel

__________________________________________________________________________


Jo Nesbø Fantôme


Afficher l'image d'origine
je ne connaissais pas Jo Nesbo
ni son héro Harry Hole
le fantôme est le 10eme roman de la série

je crois que je vais devoir commencer du début
car je n'ai pas tout compris

complexe et intéressant

__________________________________________________________________________

ANNIE ERNAUX  :  Les armoires vides


  Afficher l'image d'origine
Son premier livre
écris en 1973
elle était bien jeune
et bien en colère

on y trouve déjà ce qui fait l'essence de
"un vrai lieu" son dernier livre.

____________________________________________________________________________

IAN MANOOK  : Yeruldelgger


Afficher l'image d'origine

Une sorte de ricochet sans surprise
lu avec un plaisir évident

un polar multi-primé
qui ressemble à ces blockbusters américains
réussis
que l'on regarde avec plaisir
mais sans s'en vanter




____________________________________________________________________________



GEORGES HYVERNAUD  : La peau et les os

 

Au risque de faire prétentieux
ou de me tromper
on pourrait penser
à des idées de Emil Cioran
écrites par Henri Calet






____________________________________________________________________________



JEAN-PHILIPPE BLONDEL  : Un hivers à Paris



Comme à chaque fois
Jean-Philippe Blondel m'emporte avec lui
dans ces histoires qui pourtant ne me concernent en rien
Mais cette fois-ci
en plein milieu
je l'ai quitté

Puis j'ai replongé avec lui dans les deux derniers chapitres




____________________________________________________________________________



THIERRY BOURCY  : La cote 512


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

J'avais entendu de belles critiques
le premier d'une série de polar
Thierry Bourcy est également scénariste
De quoi s'étonner d'une intrigue cousue de fil blanc
qui n'a pas peur des simplicités "scénaristiques".
Dommage, car j'ai envie d'aimer
La cote 512 est le premier roman de la série
Je vais quand même tenter ma chance avec le suivant




____________________________________________________________________________

FRANCOIS-HENRI DESERABLE  : Évariste



Que ce roman est plein de promesses
de l'aventure de la politique de la passion
et des mathématiques
Mais non
 qu'un auteurqui cherche à nous distraire nous berner
sous un fatras "d'entre-nous"
et de "pas la peine que je te le dise Mademoiselle, tu l'as déjà bien compris"



_____________________________________________________________________________________




ARNALDUR INDRIDASON  : Étranges rivages 



un polar
plus froid que noir
où l'oppression l'emporte sur l'énigme
et le tragique sur le happy-end



_____________________________________________________________________________________



EMMANUELLE BAYAMACK-TAM  : Si tout n'a pas péri avec mon innocence


Afficher l'image d'origine

Il est très rare que je dise vraiment du mal d'un livre
(dans ce blog)
alors je ne dirais rien

Il est très rare que je ne finisse pas un livre
mais là, j'abandonne


_____________________________________________________________________________________



ALAIN WAGNEUR  : Des milliers de places vides


Afficher l'image d'origine

Tout est là pour me plaire
le carrefour de sujets
qui m’intéressent depuis longtemps
ou plus récemment

Et puis finalement
sur le fond
sur la forme
qu'une froideur
presque administrative
celle qu'il évoque
qu'il dénonce



_____________________________________________________________________________________




GUY DELISLE Chroniques birnanes


Afficher l'image d'origine
Une BD
du quotidien autour des tourmentes d'un monde
beaucoup de questions
très peu de réponses
j'adore




_____________________________________________________________________________________




PHILIP KERR  : Hôtel Adlon


Pour une fois
Philip Kerr m'a ennuyé
ça ne va pas m'empêcher
de continuer
à le lire




_____________________________________________________________________________________



JIM THOMPSON L'échappée


Du polar pur beurre
le suspens serait parfait
s'il n'était pas éventé
par le film "guet apens"
dont il est tiré
(ou plutôt l'inverse)




______________________________________________________________________________________________





ROLAND NADAUS Un cadastre d'enfance


Afficher l'image d'origine
Partager des livres
pour partager des émotions,
et puis tout à coup comprendre que
"Je n'ai pas aimé mon enfance
Mais j'ai aimé être un enfant."

Merci Joël




______________________________________________________________________________________________




SORJ CHALANDON Le quatrième mur


 Afficher l'image d'origine
Un livre fort
chargé d'émotion
où l'espoir est présent
jusqu’à la tragédie.




______________________________________________________________________________________________





CRAIG JOHNSON  : Enfants de poussière


Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine
Quel plaisir de retrouver une bonne vielle série
surtout quand ça marche

Craig johnson mélange les histoires
pour une enquête
pleine d'émotions.



______________________________________________________________________________________________






ANNIE ERNAUX  :  Le vrai lieu



 
Dans ce livre d'entretiens
Annie Ernaux me bouleverse
En disant avec simplicité et clairvoyance
quelques une de mes évidences
que je n'avais jamais su formuler.

Je vous souhaite que cette lecture vous fasse battre le coeur
comme le mien à battu.



______________________________________________________________________________________________




FLORENCE SEYVOS  :  Le garçon incassable


Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine
Elle ne raconte pourtant rien d'extraordinaire.
Qui saura me dire pourquoi ce livre m'a fasciné
au point d'avoir du mal à le fermer
(d'autant que j'ai "perdu" plusieurs fois mon marque page)
et de regretter de l'avoir fini?
Et tout ça sans douleur!



______________________________________________________________________________________________


EDOUARD LOUIS  :  Pour en finir avec Eddy Bellegueule

sentiments étranges à la lecture de ce livre
écrit par un ado en colère
qui décrit sans recul un monde fini
où personne n'a aucune chance.

Et pourtant l'émotion et la tendresse pointent parfois.

À suivre surement!

______________________________________________________________________________________________


DENNIS LEHANE  :  Ils vivent la nuit

Afficher l'image d'origine
Les critiques n'étaient pas très bonnes.
Je ne suis vraiment pas d'accord.


______________________________________________________________________________________________


ROLANDE CAUSSE Les enfants d'Izieu

Afficher l'image d'origine   
Un livre pour jeunes lecteurs
mon fils ne l'a pas lu
moi si


______________________________________________________________________________________________


JULIEN BLANC-GRAS  :  "Paradis" (avant liquidation)

Afficher l'image d'origine    

J'avais envie
puis j'étais déçu
Mais finalement, il m'a eu
parce qu'il est beaucoup plus que drôle.


______________________________________________________________________________________________


STIG DAGERMAN L'enfant brûlé

Afficher l'image d'origine 

Hypnotisé par son écriture
______________________________________________________________________________________________


ANNIE ERNAUX Regarde les lumières mon amour

Afficher l'image d'origine     Afficher l'image d'origine

Certainement pas le meilleur d'Annie Ernaux.
Rien de neuf pour qui s'interroge sur la politique du quotidien
Mais qui s'interroge?




______________________________________________________________________________________________


JOHN G. MORRIS : Quelque part en France - l'été 1944 de John G. Morris

    Afficher l'image d'origine

Des photos
plus vraiment la guerre
pas encore la paix





______________________________________________________________________________________________


CHARLOTTE DELBO  : Auschwitz et après - I - Aucun de nous ne reviendra

Afficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine

Au plus près...
À lire absolument.




______________________________________________________________________________________________


ROBERT CRAIS  : meurtre à la sauce Cajun

    Afficher l'image d'origine

Publier en 1995
ce polar n'est traduit en France qu'en 2013
à la lecture on comprend pourquoi
Robert Crais a fait bien mieux

______________________________________________________________________________________________

LOLA LAFONLa petite communiste qui ne souriait jamais

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Bien sûr, j'ai adoré Nadia Comaneci.
Mais ce livre....
J'aime la réflexion de Lola Lafon sur les femmes, le corps, le regard des hommes, la politique...
Mais le procédé.
Même si elle l'annonce.
Manipulation.
Et le livre n'en fini pas, de se prendre au sérieux tout en nous ennuyant.
Elle reproche aux hommes d'avoir fait de Nadia Comaneci un objet sexuel,
Elle en fait un objet politique et coupable.
Sans doute moins vulgaire, mais guère plus honorable.

Drôle de goût
Une belle idée salement défendue.




______________________________________________________________________________________________

PHILIPPE TORRETON : Mémé



J'aime Philippe Torreton
et si je connais bien le milieu qu'il décrit
je n'y ai pas connu ce qu'il en rapporte.
Souvent frustré tout au long de la lecture
c'est la force de sa pudeur qui m'a emporté.

______________________________________________________________________________________________

TREVANIANLa sanction

    

Un best seller de 1972
mais aussi
des clichés éculés
du racisme
aucun suspens
justifié parce que ce serait une parodie.
C'est juste pas bon!!!




______________________________________________________________________________________________

LEON WERTH : 33 jours

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Un témoignage intéressant
Une écriture en circonvolution
Et un travail d'édition déplorable 


______________________________________________________________________________________________

CRAIG JOHNSON l'indien blanc



 

Walt Longmire part en ville.
Et Craig Johnson s'y perd un peu.

______________________________________________________________________________________________


EMMANUEL LEMIEUX Tony, 1942 - Un procès oublié

    Afficher l'image d'origine

Après Caracala
une autre vision de la résistance
et là encore
des hommes faces à des choix
dommage que l'écriture soit souvent alambiquée

______________________________________________________________________________________________


PHILIP KERR Une douce flamme

    

Pour découvrir que rien ne s'arrête
quoi de mieux que l'anti-héros
et ex-nazi Bernie Gunther


______________________________________________________________________________________________


JEAN-PHILIPPE BLONDEL  : Accès direct à la plage

Afficher l'image d'origine    Afficher l'image d'origine

Monsieur Blondel
comment faites vous pour toujours écrire
ce que j'ai envie de lire?

______________________________________________________________________________________________


JULIEN BLANC-GRAS Touriste

Afficher l'image d'origine    Afficher l'image d'origine

Il tourne autour du monde
d'une écriture fluide
drôle et cynique
il pense juste, juste comme j'aime
partez avec lui

______________________________________________________________________________________________


DANIEL CORDIER  : Alias Caracalla

Afficher l'image d'origine
   

une mémoire de la résistance
une décision qui change tout
un courage inconscient
un refus de la soumission
et la preuve que l'on peut changer d'idéal

______________________________________________________________________________________________


JADDO  : Juste après dresseuse d'ours

Afficher l'image d'origine     Afficher l'image d'origine

Elle m'a fait rire
Elle m'a beaucoup fait rire.
Elle m'a touché.
J'aimerai qu'elle soit mon médecin...
Et qu'elle poursuive son blog


______________________________________________________________________________________________


LYDIE SALVAYRE  : La compagnie des spectres

     

personne ne m'avait prévenu
qu'elle écrit aussi mal.
Pour vous, maintenant, c'est fait.
.

______________________________________________________________________________________________


JOËL BASTARD  : Ce soir Neil Armstrong marchera sur la lune

    
 

15 minutes de lecture en pleine tronche.
Après Bordeaux - Vintimille (voir plus bas)
Un voyage en Corse... Ou n'importe où ailleurs.

______________________________________________________________________________________________


RUSSEL BANKS  : Pourfendeur de nuages

Afficher l'image d'origine     Afficher l'image d'origine

900 pages, denses.
J'aurai aimé l'aimer.
Mais ce roman, retraçant l'histoire de John Brown,
de l'anti-esclavagisme, du poids de la soumission à la famille,
à la religion....
Ne fait que bégayer longuement
sur l'impossibilité du libre arbitre.
Ce qui m'agace prodigieusement.

Choisissez plutôt de lire "De beaux lendemains"

______________________________________________________________________________________________



      Afficher l'image d'origine

Cet homme me touche
il parle de ce qui fait une vie
des petits riens qui font ce que nous sommes
de ce qui ne nous laisse pas indifférent
sans que nous le sachions forcément.
Merci Céline 

______________________________________________________________________________________________


6 MOIS:
6Mois n°5

Voici le numéro 5
Encore mieux!
______________________________________________________________________________________________


JEAN-BAPTISTE HARANG  : Bordeaux - Vintimille

    

Dur, direct, sans concession.
Une chronique du racisme ordinaire
qui vire au drame




______________________________________________________________________________________________


STIG DAGERMAN Notre besoin de consolation est impossible à rassasier 

    

En 1952 il finit ce texte par ces mots:
"Telle est ma seule consolation. Je sais que les rechutes dans le désespoir seront nombreuses et profondes, mais le souvenir du miracle de la libération me porte comme une aile vers un but qui me donne le vertige: une consolation qui soit plus qu'une consolation et plus grande qu'une philosophie, c'est à dire une raison de vivre."
le 4 novembre 1954, il se suicide.



______________________________________________________________________________________________


SHALOM AUSLANDER  : La lamentation du prépuce

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Il s'en prend à dieu
(celui des juifs orthodoxes)
et à lui même.
Sa vie dans la crainte d'un dieu méchant
qui ne pense qu'à tuer son peuple élu.
C'est très drôle,
plein d'irrévérence,
dommage que l'écriture ne soit pas au rendez-vous!


______________________________________________________________________________________________


ROBERT CRAIS  : La sentinelle de l'ombre

Afficher l'image d'origine     Afficher l'image d'origine

L’écriture est assez conventionnelle
mais quelle efficacité:
dans la plus belle tradition des séries américaines
dont l'écriture de scénario
fut l'un de ses premiers métiers



______________________________________________________________________________________________


PRIMO LEVI  : Les Naufragés et les rescapés

      

Rien à dire sur ce livre.
Pour quoi faire?Tout est dit!
juste ceci
il y a quelque chose de faux
entre l'écriture de ce livre
et le suicide de Primo Levi quelques temps plus tard.
Et puis je lis à l'instant qu'il ne s'est peut-être pas suicidé...



______________________________________________________________________________________________


MARK  TWAIN  : Les aventures de Tom Sawyer

     

J'ai eu subitement envie
de lire Tom Sawyer.
Arrivé à la moitié
je ne me suis pas demandé
pourquoi j'avais eu cette envie?
mais plutôt
pourquoi je lirais l'autre moitié?




______________________________________________________________________________________________


JEAN-PHILIPPE BLONDEL Et rester vivant

     

Un voyage
Une douleur
Des amis
Des questions
Et la vie finalement



______________________________________________________________________________________________

CRAIG JOHNSON le camp des morts

Afficher l'image d'origine    

un mois après little bird
Walt Longmire retourne dans la neige.
à suivre, encore.

______________________________________________________________________________________________



FRED UHLMANL'ami retrouvé

Afficher l'image d'origine     

Un livre qui a tout pour me plaire
un livre fort
mais une écriture ennuyeuse.

.

______________________________________________________________________________________________



IAN FLEMING  : Casino Royal

Afficher l'image d'origine     

Le premier James Bond.
Je n'avais jamais lu.
James Bond est terriblement macho,
misogyne,
il pleure, il a des doutes,
il est fleur bleue, même un peu couillon.
Puis sans pitié.

.


.

______________________________________________________________________________________________

JEAN MONTIGNY  : Toute la vérité sur un mois dramatique de notre histoire (15 juin-15 juillet 1940)

      

Une sale tête pour un sale bouquin.
Un livre trouvé aux puces.
Publié en septembre 1940.
Écrit par un pilier du vichysme qui devint directeur de la censure.
Étrange de lire ce bouquin qui déifie Pétain, met Laval sur un piédestal, justifie et souhaite la dictature
 et crache sur la démocratie et les futurs résistants.
À NE PAS METTRE ENTRE TOUTES LES MAINS.
Vite, passons à autre chose.




______________________________________________________________________________________________ 


MANU LARCENET  : Blast - Tome 1

Description de cette image, également commentée ci-après      

C'est beau
C'est doux
C'est sombre
essayez aussi
"le combat ordinaire"

______________________________________________________________________________________________


6 MOIS:
6Mois n°4

le N°4 vient de sortir. Passionnant toujours.
 On se le procure exclusivement en librairie.
C'est un peu cher, mais ça se garde et se regarde....

______________________________________________________________________________________________


FABIEN NURY et FRANCOIS VALLEE  : Il était une fois en France.

   

 
Le sixième et dernier tome est sortie.
J'ai beaucoup aimé.

______________________________________________________________________________________________



JOEL BASTARD  : Sans revenir

      

Toujours peur avec la poésie.
Peur de ne pas savoir
De ne pas être à la hauteur.
Puis au détour d'une phrase
Je m'envole.

"Une ombre au sol tente de correspondre avec son oiseau"


______________________________________________________________________________________________


JEAN-PHILIPPE BLONDEL  : G229

Afficher l'image d'origine    Afficher l'image d'origine

Un livre de prof
des souvenirs d'élèves
une vision très touchante de ce que nous avons tous connu
de ceux que nous avons tous connus.
J'aurais aimé me retrouver dans ses souvenirs.
Est-ce que quelqu'un se souvient de moi?


______________________________________________________________________________________________

CRAIG JOHNSON little bird

Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine

Un polar américain
cynique, désabusé, sombre
et drôle
dans une Amérique profonde entourée d'indiens
j'aime beaucoup son écriture.
C'est le premier d'une série
à suivre donc


______________________________________________________________________________________________


HANS MAGNUS ENZENSBERGER  : Hammerstein ou l'intransigeance - Une histoire allemande

Hans Magnus Enzensberger: "Ne pas se complaire dans l'obsession de la culpabilité"      



Le meilleur livre 2010 d'après la revue LIRE.
Je n'en sais rien.
Mais pour qui s'interesse à ce qui fait l'humain
ceux qui cherchent à comprendre
quelle pensée, quel chemin
nous pousse à être simplement ce que l'on est.
Pour casser l'idée que l'on ne peut résister seul.
Pour montrer que le courage peut-être une chose simple et naturelle.
Et aussi pour une vision de l'Allemagne nazi rarement montrée.



______________________________________________________________________________________________



DENNIS LEHANE  : Avant Gwen

      

C'est une nouvelle.
J'ai presque tout lu de Lehanne.
Et tout est bon, ou presque.
Pour ceux qui ne voient pas,
Il est l'auteur de Mystic River
et Shutter Highland.
Amateur de polar?
Jetez vous sur la série des Kenzie et Genaro


______________________________________________________________________________________________


DAVID VANN  : Sukkwan island

     
 

Un livre que l'on m'a offert.
Un livre dur.
Rempli de solitude.
De silence.
D'inquiétude.
Et finalement de mort.
Sans aucun soulagement.



______________________________________________________________________________________________


RICHARD MORGIEVE  : Mon petit garçon

      

Je triche un peu.
Je l'ai lu juste avant de débuter mon blog.
Mais c'est l'occasion.
Morgiève écrit des bouquins dans des styles très différents les uns des autres.
Souvent il parle de lui, pas toujours.
J'espère.
À essayer.

______________________________________________________________________________________________


ANTHONY CAVE BROWN : La guerre secrète - tome 1

      

Pas de la littérature,
de l'histoire.
Je n'arrive pas à croire la folie de cette guerre
et je reste, comme un gamin, passionné par les services secrets.
Alors ce bouquin était fait pour moi:
De l'influence des services secrets dans la deuxième guerre mondiale.
Passionnant!

______________________________________________________________________________________________



EMMANUEL ETHIS : La petite fabrique du spectateur

      

Un an que je l'avais acheté.
Enfin pris le temps de le lire.
Drôle, touchant.
Même su certain le trouve trop....superficiel?

______________________________________________________________________________________________

JOËL BASTARD : Bâton rouge


que dire
du livre d'un ami
qui me touche tellement.
Le livre
et l'ami.


______________________________________________________________________________________________


YVES RAVEY : Le drap

Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine



C'est un livre soufflé par Joël:
Pour un barbecue trop vite fini,
pour la pêche contre le bruit
Pour mon père... 





Déjà dans ma bibliothèque : Bamby Bar



______________________________________________________________________________________________


JOE SACCO : Gaza 1956



Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Un cadeau.
Parce que je lis des BDs.
Parce qu'il y a des questions qui m'obsèdent.
Parce que j'ai des réponses parfois.

Un roman graphique, très riche, touffu, complexe, passionnant.
Il raconte l'histoire de Gaza, la grande histoire, la petite.
Il montre, si c'était encore nécessaire, que là bas, encore plus qu’ailleurs, rien n'est simple.
Ça ne change pas mes convictions, ça nourri la réflexion.

En plus, c'est un beau bouquin.


                         



______________________________________________________________________________________________


PHILIP KERR: la mort entre autre




 
J'ai découvert Philip Kerr il y a environ 1 an.
Noir, ou plutôt vert de gris.

Des polars, très sombres.
À Berlin avant pendant et après la deuxième guerre mondiale.
Une vision de l'élite nazi, du quotidien de l'allemand. Un monde violent, où tout peut arriver.

Et de façon redondante, la question comme un fil rouge : Comment cela-a-t-il été possible?
Une seule réponse: ça été possible!

le site en anglais

Avant de lire "la mort entre autre", lisez "la trilogie Berlinoise".
En poche et en un volume :


   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez pas à laisser une TRACE de votre passage.